Courage et rage au ventre!

2 novembre 2018

Qu’ont en commun l’humoriste Guillaume Wagner et le rappeur Souldia? Ces deux pères de famille présenteront respectivement leur nouveau spectacle dans quelques semaines à Montmagny. Des spectacles sans filtre, aux mots résolument crus et provocateurs, mais qui témoignent surtout du courage et de la rage au ventre qu’ont ces deux artistes. 

 «Du cœur au ventre » pour Guillaume Wagner

Nathalie Dubé, notaireAvec ce troisième spectacle solo en carrière, l’humoriste irrévérencieux Guillaume Wagner confronte le public à ses contradictions. Dans une société où l’image est devenue le principal outil de communication, où l’argent a droit de veto sur nos valeurs, où le plaisir immédiat a préséance sur nos responsabilités, où l’on s’injecte de la « beauté » comme placebo à notre malheur, où la croissance gagne du terrain comme un cancer, où chacun « travaille sur soi » tel des sculpteurs s’édifiant des statues, ce nouveau papa se questionne sur ce que deviendra ce monde qu’il doit présenter à son jeune fils. « J’encourage les gens à avoir un peu de courage et à aller à l’encontre de ce qu’on s’attend de nous en ce moment. C’est pour cette raison que le spectacle s’appelle Du cœur au ventre. » Venez découvrir son regard à la fois personnel et collectif sur ce monde en crise le jeudi 29 novembre 20h au Cabaret Cogeco.

«Survivant » pour Souldia

Revenu pour fracasser les planches, l’animal sauvage Souldia est de retour sous les projecteurs. Dans un vent de renouveau, la main sur le cœur et la rage au ventre, l’énergie est à son meilleur! Un spectacle ajusté minutieusement pour les vrais amateurs d’émotions fortes dans lequel Souldia nous fait vivre un grand voyage au cœur d’un univers froid et obscur, celui de la rue. Inspiré de son tout dernier album Survivant, cet album offre des pièces sombres écrites en l’honneur d’amis disparus depuis qu’il a débuté sa carrière. Il a constaté que de ses complices du temps, il est le dernier toujours en vie, d’où le titre.  « En comparaison avec d’autres albums que j’ai faits, il n’y avait pas du tout de thèmes comme ça. », explique le rappeur, qui offre également des pièces plus lumineuses, plus lascives comme Valentina. « Mon 50% de lumière, je l’ai gagné avec ma famille. Mais tant et aussi longtemps que je vais faire du rap, je vais nécessairement avoir un pied dans la rue. » À voir le samedi 1er décembre 20h à la salle Jean-Pierre-Després.

Partager cette promotion

Google+ Facebook Twitter

Galerie

Partager cette promotion

Google+ Facebook Twitter

Inscrivez-vous à

notre infolettre